Angélique Gysbertse

Comment exprimer son émotion devant la beauté du monde ? D’abord par la couleur, saturée, intense sur laquelle on dépose le rose pâli des fleurs. Ensuite par l’utilisation de matériaux en relief, invisibles au premier coup d’œil, puis surgissant soudain comme les bijoux abandonnés d’une île aux trésors. El Dorado chatoyant, plumes réelles, fils-nervures, les objets s’approchent du spectateur, lui rappellent un temps d’avant l’Histoire.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑