Pascal CORNELIS

Il faut faire l’expérience de ne pas voir de formes particulières, de personnages. Abandonner l’œil non pas aux périmètres habituels mais aux vagues formes créées par la juxtaposition des couleurs. Sans perspective. Dans ces conditions, tout à coup, c’est le relief chtonien, caverneux, rocheux qui surgit, d’une âpreté qui laisse sans voix. Revenant aux personnages ébauchés brutalement, on perçoit alors leur désir de prononcer quelques paroles qui diraient l’enfermement, l’inconfort mais aussi la révolte.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :