Demelis Eric

Quand on regarde la pochette du disque Court of the Crimson King par Barry Godber, on se dit qu’on a affaire avec Eric Demelis à la même obsession, la même compulsion effarante et compulsive : il faut que la distorsion qui habite le monde soit exprimée. C’est la raison pour laquelle tous ces monstres, ces freaks nous paraissent incroyablement familiers. C’est sans fin, parfois c’est si récurrent qu’il est nécessaire de nous montrer la simultanéité des déformations. La couleur, récente, calme le jeu et ancre paradoxalement davantage l’erreur génétique communément partagée dans un réel presque bucolique.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑