Demin

Ces monstres aux attributs féminins hypertrophiés et obsédés d’érections rêvées comme triomphantes ne sont pas sans secréter un malaise : les dents et les griffes ne sont jamais loin de ces manifestations excessives de la sexualité, et les monstres eux-mêmes paraissent étonnés, voire encombrés par cet excès de turgescences et d’agressivité. Ce sont des divinités à la fois fécondes et guerrières, molles et effrayantes considérablement adoucies par les tons pastel et les étoiles, les points, les motifs qui les maquillent.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑