Didier Hamey

Ces gravures évoquent, par leur aspect légèrement désuet, par le flou volontaire quel papier autorise, un passé lointain, du temps des Métamorphoses d’Ovide, de ce temps mythique où tous les agencements du vivant étaient possibles. Féerie donc, monde merveilleux certes, mais aussi une certaine menace née de l’imprévisibilité de ces personnages dont on ne croise le regard qu’après qu’eux-mêmes vous aient déjà jaugé. Les gravures de Didier Hamey convoquent l’onirisme de l’inconscient.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑