Edmonde Massé

On ne voit pas immédiatement qu’il y a des personnages, humains ou animaux. Ils sont de taille exagérée, le visage peu dessiné, comme fondus dans les éléments d’un décor extrêmement naïf, soit sans la perspective, ce qui met tous les objets sur le même plan, soit avec une perspective excessive, réduisant à presque rien telle rangée d’arbres ou n’ébauchant que par quelques traits l’arrière-plan. Ce qui importe est dans le choix instinctif des couleurs, toujours juste, toujours équilibré. Des dessins au feutre ou au crayon de l’enfance, mais réalisés par un adulte, c’est ce que veut l’art.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑