Emilie Collet

Etonnamment on pense au travail du vitrail, pour les couleurs, les contours noirs, la lumière qui passe à travers. Du coup l’agressivité, la revendication, le message désabusé ou dépressif, s’ils n’en sont pas du tout affaiblis, sont presque adoucis par ce qui est peut-être l’expression d’une volonté d’une certaine pureté à trouver ou à retrouver en soi et dans le monde. Une place. Reste l’œil-montre, la partie du cerveau qui n’en finit pas de mesurer le temps qui reste, de le décompter, de ne pas s’en satisfaire : c’est comme un grand cri de fragilité face au monde.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑