Evelyne Maubert

Il y a quelque chose de la poupée dans les sculptures d’Evelyne Maubert, donc quelque chose d’enfantin. Et il y a quelque chose du pantin, du diable sorti de sa boite : après avoir sursauté, on le contemple, il est devenu presque inutile, il est vaguement disloqué, sans paroles autres qu’intérieures. On dirait qu’il a vu ce qu’il ne fallait pas voir, ce qui était resté caché et que les mots ne parviendront jamais à dire. Le personnage est comme nous : dans l’incertitude et le doute, souvent il regarde ailleurs, empli d’un savoir indicible.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑