Gabriel Evrard

Tout un panthéon personnel fait de stars et d’icones féminines anime le crayon bille de Gabriel Evrard. Les hachures, instinctives, remplissant à grande vitesse la feuille (on croirait voir les traits se produire sous nos yeux), se coupant les unes les autres par gerbes, dynamisent le tableau. Au milieu, dans le peu de blanc qui reste, un visage, une main, du maquillage, parfois des mots et des noms tempèrent l’empressement et donnent soudain tout son sens à ce qui ne semblait être que biffures obsessionnelles.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑