KATI 2016

«Ka Ti» s’attache avec tendresse et curiosité aux tout premiers moments de la vie des choses et des corps. Bien sûr c’est légitime, les amateurs de mythologie pourront décrypter partout dans son travail, des prémisses de mythes, des embryons de légende. Chez elle, l’image précède la parole. Ka Ti ne met pas de l’ordre dans le chaos, au contraire elle réanime le chaos et rebat les cartes du monde pour lui laisser une chance de partir dans une autre direction. Le sentiment que j’ai, est que son art est un art de la nécessité. Tant mieux si on le trouve beau, délirant ou agréable. Tant mieux si on peut le partager et qu’il trouve écho chez les autres mais c’est avant tout un art impulsif, un art dont on sent qu’il est indispensable à la survie du dessinateur lui-même. Les amateurs de psychanalyse s’efforceront sans doute de traquer les discours subliminaux et tisseront une toile indiscutable dans laquelle le sens de l’oeuvre sera capturé et dévoilé. Pour eux, l’oeuvre fera miroir. » Frédéric Magnin

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :