Hein Dingemans

Férocité dans la jouissance. L’agressivité sexuelle mise en scène dans ces tableaux est heureusement tempérée par l’humour qu’on repère dans les sourires satisfaits mais pas dupes peut-être de ces « bodybuilders » et dans l’exagération du trait qui confine à une forme d’exacerbation et finalement de frustration : les veines très apparentes paraissent davantage comme le réseau des mailles d’un filet dans lequel est pris le personnage masculin. Les teintes, grises et brunes, renvoient à un univers chtonien et primitif, une aube de l’humanité où, comme un fantasme, la jouissance sans entraves était de mise.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑