Jean-Michel Chesné

De la « dentelle » comme l’artiste le dit lui-même : c’est surtout une sensation visuelle de fragilité, un kaléidoscope en noir et blanc dans lequel, indépendamment du motif humain, l’œil se perd et l’esprit a le vertige. On sent la fascination pour ce qui brille, étincelle, rehausse le terne de l’existence, et aussi le mystère devant l’énigme de ce qui est. Les personnages bienveillants, faisant signe à partir d’une région inconnue du réel, et pourtant proche si l’on sait la percevoir, relèvent d’une fantaisie du conte de fées, de farfadets malins et en connivence. L’imaginaire comme broderie.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑