Marjorie Lutter

Ces portraits possèdent une intériorité surprenante, une densité mélancolique qui rend leur attitude comme intemporelle, le résultat d’une acceptation consciente de la nature humaine et de sa mortalité. Ce sont des icônes : représentants universels de la fragilité humaine, ces figures évoquent les femmes pensives de Gauguin ou de Vermeer (« La jeune fille à la perle »). Leur masque ou leurs visages peints renvoient à des pratiques cultuelles immémoriales dont on ne sait pas si ces femmes les subissent ou les revendiquent.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑