Nicole Pessin

Ce qui fascine c’est l’extrême rectitude de l’agencement, la rassurante rationalité de la mise en œuvre, comme une confiance renouvelée dans l’harmonie que peut offrir le monde. L’encadrement est redoublé dans la peinture elle-même : non rien ne peut nous arriver de mauvais si l’on se fie aux signes. La douceur des tons, la rigueur donc du cadre et les arabesques répétées, tout nous renvoie au temps passé de l’Art Nouveau, comme à une sorte d’Age d’Or. Les étoiles apparentes et les points lumineux rappellent la neige enfantine, celle qui promettait que le monde vaut la peine qu’on y vive

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑