Rebecca Campeau

Le papier est fragile comme une peau. Coudre c’est réparer, suturer, c’est aussi agrafer. Même si ça fait mal, c’est nécessaire. Ce sont les visages des « cousins cousus », une grande famille, chacun son idée, chacun son obsession. C’est étrange à quel point toutes ces figures ont l’air de se piquer l’une l’autre, de se hérisser, de ne pouvoir se rapprocher qu’au prix d’une possible cicatrice : il y a des aiguilles partout. Tout est une immense comédie humaine et nous cherchons à marquer de notre empreinte un présent qui se déchire.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑